Cambodge, guerre et déprime de fin de Vietnam

Le Cambodge c’est d’la marde.

C’est à peu près ce qu’on s’est dit en changeant de pays. Pauvre Cambodge, disons que la barre était haute.

Lire la suite

Advertisements

La ressemblance est troublante…

Voici Ho Chi Minh. Affectueusement rebaptisé Uncle Ho’ par le peuple vietnamien, on a donné son nom à la ville de Saigon après la victoire des communistes du nord.

Et puis il y a notre bon vieux Colonel, dont raffolent les gens d’ici, qui veille sur la ville en lui adressant son plus beau sourire de capitaliste, partout ou il vend ses pilons frits.

Aujourd’hui, les deux bonhommes cohabitent le plus cordialement du monde.

Décompte à Saigon

IMG_2650

Arrivée à Saigon vers 14h, le 31 décembre. Il ne reste que quelques heures pour choisir où on va pour la soirée, dans une ville où on ne connait ni resto, ni bar, ni personne. L’aimant touristique nous attire à Pham Ngu Lao, le repaire des backpackers, une rue cousine de la célébrissime Khao San Road de Bangkok. Terrasses en bord de rues, stands de banh mis (les fameux sandwichs vietnamiens servis sur pain baguette), de banh xeo (un coup de foudre, des crêpes croustillantes faites à base de farine de riz et d’eau de coco, farcies de crevettes, de pousses de soja, de porc, et roulées dans des herbes et des feuilles), de fruits, de jus, de bières, de t-shirts, de massages, de coiffure, de cirage de souliers, de gonflage de pneus, de journaux, de livres et de lunettes. Tout ça en version ambulante. Tu te poses tranquillement, et le choix vient à toi comme un perpétuel menu déroulant.

Lire la suite