Cousins-Germains-des-Prés

P1020911_2

Il est 6h30 du mat’. J’ai les yeux grands ouverts et sans café, depuis une bonne heure et demie. Je marche dans Paris. Paris froid et Paris gris. L’humidité se glisse sous ma peau, ce qui reste de l’hiver européen me gèle les os. Tout mon corps est sous le choc, traumatisé d’être si loin. Décalé. Mon bronzage se crispe, les coutures de ma camisole me griffent les épaules sous le poids de toutes ces couches de tissus empilées pour affronter le retour.

Et puis, au détour d’un coin de rue, une vague de chaud me réconforte. L’arôme des croissants sortis du four s’échappe des boulangeries encore closes, et m’enveloppe comme un bain de beurre.

Ah, Paris!

Comme on se retrouve!

On est aussi loin de l’Asie que de l’Amérique. Devant comme derrière, il y a autant de kilomètres et de fuseaux horaires. Pourtant, on est déjà un peu rentrés. Depuis qu’on est là, on a l’étrange impression d’être un peu à la maison. On se reconnait, ici. Chez les cousins.

Comme aux Fêtes de fin d’année, on est venus voir la parenté.

En plus, on a droit à un grand souper d’accueil, avec du vin et du pain, du foie gras, de la viande rouge et saignante et délicieuse qu’on a dévorée comme deux affamés, encore du vin, et des pommes frites, et une salade balsamique, et toute une tablée qu’on était estomaqués de voir rassemblée autour de nous, au beau milieu de Paris. Wow! On était déjà bronzés, mais là notre tête a commencé à enfler!

Very super famous qu’il disait, mon arrogant.

N’empêche, tout le long de la France, on s’est sentis comme des membres en règle d’une grande famille auxiliaire, accueillante et chaleureuse, qui nous aura nourris, logés, vêtus et sortis, reçus comme des rois venus de loin.

Une semaine de festivités, intense comme un expresso bien serré.

Et hop! Une bouteille chez Nicolas, et la vue depuis Montmartre, une noisette sur une terrasse devant un magnolia en fleurs. Hop, hop! Une nuit dans le bus, et puis Lyon et ses bouchons. La petite Maya et la belle Roxanne. Le week-end de Pâques et la chasse aux cocos. Le marché, les fleurs et l’odeur du printemps. Les amoureux qui mangent des huîtres avec du vin blanc. Du canard et du Châteauneuf-du-Pape. On ne voulait rien manquer, jusqu’à la dernière journée.

Jusqu’à la dernière journée…

Elle a fini par arriver, cette salope. On l’appréhendait depuis longtemps, et puis à notre grande surprise, on aura survécu. Même que c’était une belle journée, finalement. Le couple qui a tout organisé ce voyage il y a plusieurs mois aurait été fier de nous. On n’aurait pas pu demander mieux comme grande finale.

C’était à Paris. J’ai acheté un béret noir, rien que pour le trip de me la jouer bobo. Un beau soleil, un ciel bleu qui faisait sourire les Parisiens et même nous, les Canadiens atteints du dernier jour. On a fait le tour de la ville. On a mangé chez Chartier et on a pris l’apéro au bord de l’eau du canal St-Martin. On a soupé chez Mémé, avec une grande star – une entrecôte vieillie quarante jours qui me fait encore saliver – et un couple de fiancés particulièrement heureux et pétillants. Et puis on a terminé dans l’atmosphère déjantée du célébrissime Moulin Rouge, on a fait couler le champagne sans compter les verres ni les petites heures du matin qui s’effritaient beaucoup trop vite jusqu’au lendemain. Ces brochettes de jouvencelles aux jambes interminables nous ont offert une apothéose intemporelle, un hommage fabuleux aux six derniers mois de notre périple campé sous les jupons des années folles.

Cette dernière journée a fait un magnifique pied-de-nez à l’ultimatum qui résonnait jusque dans les nouvelles cloches de Notre-Dame.

Cette dernière journée s’est terminée comme si demain n’existait pas…

***

Lyon en famille

P1020638_2

La petite Maya grandit

*

P1020629_2

C’est l’heure de l’apéro!

*

P1020652_2Tonton Serge

*P1020698_2

Maya s’est emparée de l’appareil photo…

*

P1020706_2Serge pis ses poules

*

P1020740_2

Je sais que c’est cliché, mais il y avait vraiment un boulanger qui passait devant sa boutique…

*P1020748_2

Buvette au bas de la ville

*P1020714_2*

Pause-crêpe

*

P1020798_2

*P1020806_2

*P1020808_2

*P1020825_2

*P1020836_2

Serge a une intervention divine

*P1020856_2

*P1020889_2

*P1020892_2*

Paname

P1020603_2

*P1020610_2

Vous vous souvenez, quand Serge a été malade, en Inde? Il n’a pas mangé durant plus de deux jours. Il a perdu l’appétit le temps de tuer le monstre intérieur qui le faisait souffrir en bobettes. Et le jour où il a eu faim, il a voulu un jambon-beurre. Un vrai jambon-beurre de Paris, exactement comme celui-ci. Il en a rêvé de son jambon-beurre! Il l’a attendu patiemment pendant quatre mois et demie, et c’est aujourd’hui qu’il se l’est finalement offert.

*P1020626_2

C’est moi ou les pigeons sont obèses à Paris??!

*P1020925_2

*P1020926_2

Santé les gars!

*P1020928_2

*P1020933_2

Crème de marrons chantilly!

*P1020944_2

Une noisette en terrasse

*P1020945_2

*P1020962_2

Montmartre et Marion qui commente la vue de Paris

*P1020977_2

Belle poulette!

*P1020979_2

Moment bobo du jour: remarquez les sacs de bouteilles Nicolas, le béret et le Canal St-Martin. Une chance que Serge a mis son foulard de terroriste!

*P1030012_2

Les derniers moments de notre périple…

*P1030036_2

Marion et Elsa, costumière au Moulin Rouge qui nous a reçus comme des rois!

***

On voudrait dire un merci tout spécial à la famille Wallis, qui nous a accueilli comme si on en faisait partie. Marion et Marco qui nous ont ouvert la porte de leur charmant trois pièces plein d’amour. Jean-Paul et les enfants que je vois grandir depuis quinze ans et qui sont devenus grands. Et la belle Roxane avec sa puce qui nous inspire et qui nous fait rire! 

Je sais qu’on ne fait pas pitié, mais grâce à vous le retour a été bien plus facile! 

Et grâce à vous on s’est un peu sentis chez nous. 

Advertisements

4 commentaires sur “Cousins-Germains-des-Prés

  1. catherine filcich dit :

    Excellent blog! Ce fût un plaisir de vous lire hebdomadairement! Un beau retour à vous deux!

    • Gazelle dit :

      Merci beaucoup Catherine! Ce n’était pas toujours facile de rester assidus mais tous les commentaires et les bons mots de nos lecteurs ont su nous garder motivés!! Au plaisir! xxtine

  2. Marjolaine Hamelin dit :

    Ce fut un réel plaisir de vous lire! La morosité de l’hiver s’est trouvée améliorée grâce à vos commentaires et vos aventures. Je vous souhaite que le retour ne soit pas trop difficile… au moins l’été s’en vient!
    Bon retour et merci d’avoir partagé tout ça avec nous!
    Au plaisir de vous voir,
    Marjolaine

    • Gazelle dit :

      Merci Marjo! Ouin, on pensait sauter un hiver mais on rentre et il neige encore!!! Satané Québec, on s’en sort pas!!!!!!! Bon, je te laisse, je dois aller déblayer mon char avant de le changer de bord de rue pour ne pas pogner un ticket….. Reality check!!!

      Oh well…

      À bientôt et grosses bises à toute la famille! xxtine

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s